Anonymous : La réaction de l'Express suite au piratage

Ecrit par

Suite à une attaque du directeur de la rédaction de l'Express, des Anonymous sont parvenus à rendre le site de l'hebdomadaire hors-ligne. Le rédacteur en chef réagit, un peu plus à froid.

Quand l'Express a été piraté par les Anonymous, la réaction du rédacteur en chef sur Twitter ne s'est pas faite attendre, traitant le collectif de hackers de "bande de connards". Mais la réaction d'Eric Mettout ne s'arrête pas là, bien qu'échauffé par la réaction des Anonymous, il tente d'expliquer plus en détail dans un article sur l'Express pourquoi il a jugé cette réaction injuste et dangereuse pour la liberté de la presse. En plus de cela, la bio twitter de l'Express a changé, il est maintenant écrit, non sans humour "We're not anonymous, we're not legion, we're journalists" suivi d'un lien vers l'article en question. Il estime que les Anonymous "a priori réunis derrière deux ou trois ordinateurs" ont commis un acte "idiot et contre-productif" en saturant le site de l'hebdomadaire de requête (une attaque DDoS, dans le jargon) afin de le faire tomber. C'est une certaine hypocrisie des Anonymous qu'il critique puisque ceux-ci défendent l'Internet libre et la liberté d'expression, tout en bloquant un hebdomadaire d'information. Il faut tout de même relativiser, les Anonymous ne sont pas un collectif organisé, ce sont sûrement quelques internautes se réclamant plus ou moins du mouvement qui ont pensé juste de lancer cette attaque. Une attaque DDoS ne nécessite pas des compétences informatiques très poussées, simplement le lancement d'un programme qui envoie une suite de requête après avoir appuyé sur un bouton. Le site de l'Express n'a été attaqué que quelques heures, mais il semble que ce genre d'initiative ne peut que fragiliser et décrédibiliser le mouvement.

Anonymous : La réaction de l'Express suite au piratage - photo
Anonymous : La réaction de l'Express suite au piratage - photo
Anonymous : La réaction de l'Express suite au piratage - photo
Anonymous : La réaction de l'Express suite au piratage - photo