Bérengère Krief : «J'adorerais retrouver Marla dans un film Bref ! » (EXCLU)

Ecrit par

Elle a fait du chemin depuis Bref ! De passage sur la scène du Grand Point Virgule, Bérengère Krief s'est confiée à meltyBuzz, entre tournage ciné et première scène à l'Olympia !

Plan cul du héros mais en fait un peu plus que ça dans la série d'humour Bref, Bérengère Krief est surtout une humoriste chevronnée, qui se produit sur les scènes parisiennes depuis 2009. La pétillante blonde s'apprête à vivre un point culminant de sa carrière, puisqu'elle présentera pour la première fois seule son dernier spectacle à l'Olympia vendredi 12 et samedi 13 juin. Alors, heureuse, anxieuse, les deux ? Interview à la cool.

meltyBuzz : Comment se sont passées tes retrouvailles avec Le Grand Point Virgule à l'occasion du spectacle de Virgin Radio ?

Bérengère Krief : C'est toujours très cool de revenir. J'ai inauguré cette salle il y a 3 ans, et depuis elle marche bien. Je lui ai peut-être porté chance (rires). Ca me fait l'effet de revenir à la maison. Le show avec Virgin Radio s'est super bien passé. J'ai kiffé ! (Nous aussi, voir notre review "Virgin Radio fait son show au Grand Point Virgule" pour s'en convaincre, ndlr)

mB : Tu vas faire ton premier vrai Olympia dans quelques jours. Comment te sens-tu ?

B.K. : J'avais fait la 1ère partie de Mickaël Miro et une soirée « Le Point Virgule fait l'Olympia » qui est organisée depuis 7 ans. Ca m'a permis de faire 5/6 min sur la scène de l'Olympia. J'ai déjà donc un peu approché la salle sur des durées courtes. Là, c'est mon spectacle. Il est plus long et j'ai beaucoup plus de pression. Pour l'instant, je suis super contente. Je sais que je vais avoir peur et stresser, mais c'est trop cool quand même !

mB : Tu tournes depuis un moment avec ton One woman show. Comment l'as-tu fait évoluer au fil du temps ?

B.K. : Je suis en perpétuelle évolution avec mon spectacle. C'est la forme du stand-up et surtout, je ne veux pas m'encroûter avec les mêmes blagues. Le show a bien grandi cette année. Il y a de nouveaux sketchs sur les séries télé. J'ai aussi imaginé une « journée inversée », où je raconte l'inverse de ce qu'il s'est passé dans ma journée. J'aborde aussi des thèmes un peu plus profonds, des choses de la vie par petites touches, au fil de mes réflexions. Pour l'Olympia, je vais aussi personnaliser sur le moment. Je ne peux pas faire comme si je jouais n'importe où. En tout cas, ceux qui sont venus me voir dans les premières années de mon spectacle peuvent revenir aisément aujourd'hui. Il a vraiment changé.

mB : Tu t'inspires beaucoup de ta vie perso pour nourrir ton spectacle ?

B.K. : Oui, on parle de choses qui nous touchent. Je pense que tous les humoristes le font. Ca peut venir d'une émission télé que j'ai vu, d'un truc que j'ai vécu. L'expérience de la scène fait aussi que j'éprouve beaucoup plus de plaisir maintenant qu'à mes débuts. J'ai moins peur. Il y a un vrai échange avec le public, et c'est ce que je recherche.

mB : J'ai lu dans des interviews qu'en effet, tu avais beaucoup de mal à gérer ton stress au début...

B.K. : J'avais super peur ! Les 2 premières années, je ne savais pas comment gérer mon stress. J'ai fait de la sophrologie et ça m'a beaucoup aidé. C'est une technique de méditation, centrée sur la respiration. Et puis je me disais : « C'est cool quand même, c'est ce que je voulais faire ! ». Après ce travail-là, j'ai commencé à prendre un vrai pied sur scène.

mB : Quels sont tes projets dans les mois à venir ?

B.K. : Je suis en tournage actuellement depuis fin mai et jusqu'à mi-juillet. Je joue dans une comédie avec André Dussolier. C'est un peu trop cool (rires) ! J'adore cet acteur de fou. Le sujet du film, c'est la colocation entre jeunes étudiants et seniors. Je trouve que c'est un thème dans l'air du temps, qui met en avant l'esprit de solidarité. Ca sortira l'année prochaine. Et puis côté scène, je vais partir en tournée en 2016 avec ce spectacle-là. Il y aura sûrement des dates à Paris avant Noël.

mB : Tu as commencé dans Bref, qui t'as révélé auprès du grand public en 2011. Quel souvenir gardes-tu de cette expérience télé ?

B.K. : C'était comme une parenthèse avec une bande de potes. Kyan Khojandi (qui a félicité le Palmashow pour sa folle soirée) et Bruno Muschio, c'est des mecs que j'ai croisé en scène ouverte sur les Grands Boulevards. On mangeait une pizza ensemble après avoir joué nos sketchs. Quand le projet Bref s'est monté, ils m'ont proposé d'y participer. C'était très cool. Je croise que des copains sur le tournage. C'est le mois d'août à Paris. Il n'y a personne, on rigole tout le temps ! Fin août, le 1er épisode est diffusé. Et là, un truc de fou nous tombe dessus ! La série explose sur Facebook puis sur Canal +. Je me disais que ça pouvait marcher, mais je ne m'attendais pas à un tel succès.

mB : Si un film Bref voit le jour, tu serais partante ?

B.K. : Oui, j'adorerais ! Je retrouverais le personnage de Marla avec grand plaisir.