Booba feat Christine and The Queens, La Fouine feat Patrick Bruel : Les duos improbables, un pari si risqué ? Le Billet d'humeur buzz

Ecrit par

Souvent blâmé pour son sectarisme, le rap français s'ouvre depuis plusieurs années aux autres courants musicaux, avec plus ou moins de succès. Bien avant l'annonce du feat entre Booba et Christine & The Queens, de nombreuses collaborations improbables ont montré que l'originalité n'était pas forcément l'alliée de la musique…

Déjà malmené à de trop nombreuses occasions, le paysage musical français a tressailli en apprenant que Booba préparerait un featuring avec Christine and The Queens. Si l'on va se garder de toute conclusion hâtive tant qu'on n'a pas gouté au morceau, quelques précédents invitent tout de même au scepticisme. Désireux de montrer qu'ils ont l'esprit aussi large que leur portefeuille, bien des rappeurs ont fait le choix cette dernière décennie de "collaborer" avec des artistes proches de la variet'. Il est aussi question de l'égo des MC's, tellement certains de leur force qu'ils s'imaginent à l'aise dans tous les styles de musique. Bien que dans l'idée, ce soit du gagnant-gagnant : ceux qui donnent la réplique aux rappeurs ont la garantie de toucher une nouvelle cible, beaucoup plus jeune et urbaine. Mais de la théorie à la pratique, il y a hélas un tas de bouzes radiophoniques…

2012. Patrick Bruel sort son album "Lequel de Nous" avec un seul featuring sur la galette : La Fouine sur le titre "Maux d'enfants". Les prémisses du virage pop pris par Fouiny, qui n'a jamais caché son ambivalence et son plaisir à explorer différents univers musicaux. Reste qu'au niveau des fans de rap, le rejet est sévère. Que dire encore des réactions qui ont émaillé le double attentat de Rohff sur l'album "La Cuenta" avec des feats en compagnie de Jena Lee et de Karim Benzema. Une erreur de cast que ses haters, mais également ses soutiens, lui tiennent toujours rigueur. Et on n'ose même pas déterrer la connexion entre Arielle Dombasle et Mokobé du fond du trou où elle est encore aujourd'hui. A la lumière de ces échecs, et sans s'attarder sur la qualité intrinsèque des morceaux, on se rend compte que les rappeurs auront toujours ce procès des "puristes" qui leur reprocheront de se corrompre aux côtés des artistes "commerciaux". Bien qu'aujourd'hui, le rap soit devenu la première des musiques commerciales…Une critique qui touche beaucoup moins les MC's qui ont déjà de la bouteille et dont l'egotrip n'a jamais été le fonds de commerce, à l'instar des collaborations entre Kery James et Charles Aznavour ("A l'ombre du showbusiness"), ou encore entre Passi et Calogero ("Face à la mer"). Christine and Le Duc sont attendus au tournant. Quelles collaborations improbables vous ont le plus marqué ?