Booba, Kaaris et La Fouine à la solde du lobby gay ?

Ecrit par

Et si les poids lourds du rap français n'étaient que des marionnettes agissant pour le compte de la cause homosexuelle ? C'est la théorie avancée hier par le Before du Grand Journal, qui a dévoilé au grand jour plusieurs preuves irréfutables quant aux motivations de Booba, Kaaris et La Fouine...

Voilà qui devrait donner du grain à moudre à Catherine et Liliane, certaines que Booba a tout piqué à Cher. S'inspirer d'une icône gay, c'est en effet somme toute logique, quand on milite soi-même pour la communauté LGBT. Une théorie qui de prime abord pourrait paraitre farfelue, mais qui après enquête du Before du Grand Journal hier soir prend tout son sens. Les preuves que le rap français roule pour le lobby gay sont en effet légions, à commencer par B2O dont le pseudo n'est nul autre qu'une dédicace au petit ourson de Chantal Goya, fameuse icone gay. Son compère Kaaris n'est pas en reste, lui qui scande à tout bout de champ le chiffre "93". Ce serait davantage en référence à l'année 1993 où l'homosexualité fût dépénalisée dans de nombreux pays que pour passer un big up à son département.

Et nous ne sommes pas au bout de nos surprises avec les deux rappeurs précités. Ces derniers qui ont pour habitude de faire des signes avec leurs doigts, passeraient en réalité des messages subliminaux en faveur de la communauté. Dans la même veine, et à rebours de l'image du gangsta rap, certains rappeurs vont même jusqu'à faire leur coming out en chansons, comme Lacrim dans "Pocket Coffee" qui balance au calme la lyric "J'sors du placard, demain je veux me faire sucer dans un sauna". Pour ceux qui auraient encore des doutes, observez attentivement la barbichette de La Fouine, qui coïncide parfaitement avec le trajet parisien de la gay pride. Autant de preuves accablantes autour de ce complot rap-homosexuel, qui fait aussi froid dans le dos que le complot des extra-terrestres avec la Ligue des Champions. Croyez-vous à ce complot ?