Break The Internet avec Nicolas Hulot : McFly ne s'attendait "pas à autant de succès et de retombées !" (EXCLU)

Pour le coup, la vidéo "Break The Internet" a réussi son coup et a perpétré un buzz énorme ! Afin de mieux le comprendre, meltyBuzz s'est entretenu avec celui à l'origine de celle-ci : McFly.

Impossible de ne pas avoir entendu parler de cette vidéo : dans "Break The Internet", Nicolas Hulot réunit les stars de YouTube pour sauver la planète. Nicolas Bernot, McFly, Justine Le Pottier, Marion Seclin, Kemar, Aude Gogny-Goubert, Nad Rich'Hard, Marjorie Le Noan, Juliette Tresanini ou encore Natoo, nombreux sont ceux à avoir répondu présents à cette vidéo pleine d'humour qui veut sensibiliser un maximum de gens au problème du climat. Ce, à l'approche de la Cop21, conférence sur le climat. Pari réussi : le buzz généré par la vidéo a été énorme, aussi bien sur YouTube que sur Facebook : 6,5 millions de vues en deux jours seulement ! Sans compter les nombreux médias qui en ont parlé… Mais comment cette vidéo est-elle née ? McFly, à l'origine de celle-ci, s'est confié à meltyBuzz.

meltyBuzz : Comment cette vidéo est-elle née ?

McFly : C'est moi qui ai eu l'idée de faire cette vidéo avec Nicolas Hulot quand il est venu chez Golden Moustache en juin dernier et qu'il nous a parlé de ce problème d'enjeu climatique et de la Cop21. Moi qui étais sensibilisé depuis longtemps sur le sujet, je me suis dit que c'était le moment de faire un truc qui n'existe pas sur internet, ni en général, à savoir des vidéos humoristiques sur le sujet du climat. C'est un sujet grave et important et l'humour est plutôt un bon moyen de faire passer les messages. Je me suis dit : faut écrire une vidéo. Valentin Vincent de Golden Moustache, Clémence Bodoc de MadmoiZelle.com et Lucien Maine l'ont écrite avec moi. Au début surtout avec Valentin, puis Clémence nous a aidés pour les messages importants qu'on voulait faire passer.

mB : Cette vidéo a rencontré un succès énorme, plus de 6,5 millions de vues en 2 jours. Est-ce que tu t'attendais à de telles retombées ?

McFly : Je ne m'attendais évidemment pas à autant de succès et de retombées. En fait, ça nous a un peu échappé. L'idée de base, c'était que ça parle quand même à un maximum de gens vu qu'on avait comme but de sensibiliser les gens en général à ce sujet du climat, et particulièrement les jeunes à la Cop21 qui se déroule en décembre à Paris. On avait le souhait que ça marche et que ça raisonne chez les gens. Mais à ce point-là, c'est vrai que c'était très impressionnant et très surprenant. On en est très heureux parce que ça a amené une signature, ça a amené les gens à être sensibilisés.

mB : Comment expliques-tu ce succès ?

McFly : Si ça marche, ça veut dire que les gens avaient envie d'entendre parler de ça aussi. Tout le monde est de plus en plus sensible à ce problème. On n'en parle pas toujours très clairement, ou d'une façon qui attire l'œil, qui attire l'oreille. C'est souvent très sobre, très flippant aussi et là, de dédramatiser un petit peu, ça permet de faire passer le message encore plus clairement et plus différemment. Et en fait y'avait plein de gens qui n'avaient pas l'habitude d'écouter ce genre de message venant de ce genre de personnes et qui, du coup, se sont sentis touchés parce qu'on parlait leur langage. Ça veut dire que les gens sont en demande et sont sensibles à ce sujet, ce qui est plutôt positif.

mB : La pétition de Nicolas Hulot a même été victime de ce succès…

McFly : Ah ben ouais, les serveurs du site de Nicolas Hulot ont tenu à peine 2 heures, ils ont explosé très tôt, ce qui est plutôt une bonne nouvelle parce que ça veut dire que les gens avaient envie de signer. C'est un peu dommage pour ceux qui n'ont pas pu signer tout de suite, mais les gens reviennent. Y'a eu plus de 400 000 signatures en quelques jours il me semble, c'est déjà énorme ! Ce n'est que le début de toute cette histoire, il y en a encore pour au moins 2 mois de mobilisation. Les serveurs n'étaient pas prêts à autant de succès, personne ne l'était !

mB : La vidéo rassemble de nombreuses stars de YouTube, comment s'est passé le "casting" ?

McFly : Pardon à tous les gens qui font partie de la vidéo. C'est nous qui avons écrit la vidéo avec Valentin Vincent, on a d'abord écrit ce qu'on voulait. L'idée était de plonger Nicolas Hulot dans l'univers internet, avec plein de codes, plein de références et aussi plein de stars entre guillemets du net, et du coup on a écrit ça comme ça en se disant 'on verra ceux qui accepteront'. Ensuite c'est nous qui sommes allés démarcher toutes les personnes une par une en leur disant 'voilà ce qu'on a envie de faire, voilà la cause, est-ce que ça vous intéresse ?'. Et là où ça a été très impressionnant, c'est que tout le monde a accepté.

mB : Ca n'a pas été trop dur de les convaincre ?

McFly : Normalement, c'est dur de les convaincre et là, ça s'est fait très naturellement, tout le monde était déjà sensible à ça. Par exemple, Jérôme Niel s'est rasé pour le tournage (rires), il est venu pour nous alors qu'il tournait en Belgique quelques jours avant. Tout s'est bien organisé, même pour le message de fin. On voulait ouvrir le message au plus de gens possible donc on a dit 'qui veut vient pour le message de fin', et on a eu plein de réponses. Bizarrement, c'était très ambitieux d'avoir tous ces gens et ça s'est passé très très bien parce que tout le monde avait envie de mettre son art au service d'une cause et de cette cause particulièrement.

mB : S'il devait y avoir une prochaine vidéo qui devait être au service d'une cause, ça serait laquelle ?

McFly : Très bonne question ! Je n'en ai pas la moindre idée ! Disons que j'avais envie de parler du climat depuis longtemps. Ce n'est pas fini non plus. Ce n'est pas une vidéo qui va régler tout le problème, qui va sensibiliser tout le monde et faire qu'on se bouge et que ça avance. A mon avis, ça mériterait de faire encore quelques vidéos sur ce thème là et ensuite on verra : tout ce qui est humanitaire, pour sauver l'homme et éviter de détruire la planète et tout ce qu'on aime, ce serait potentiellement une belle cause à défendre. Après c'est en fonction des feelings, des envies et des occasions. Mais moi, j'ai très très envie de continuer dans cette voix-là, surtout depuis que je suis papa. Je n'ai pas envie de laisser un monde trop pourri à ma fille. Les humoristes devraient-ils faire davantage de vidéo dans le genre ?