Call of Duty Ghosts : Dérapage à la Paris Games Week, le web s'enflamme

Ecrit par

Comme souvent, les dérapages conduisent à la recherche de responsables. Malheureusement, les esprits échauffés ont souvent tendance à oublier que la bêtise est dans la plupart des cas le réel déclencheur.

La Paris Games Week a été le théâtre de regrettables échauffourées. La tension était déjà palpable ce matin alors que plus de 2 000 personnes étaient amassées devant les portes du parc des expositions de la Porte de Versailles. La raison de leur présence était notamment due à une opération d'Activision qui avait promis de donner une édition prestige de Call of Duty : Ghosts pour les 500 premiers fans à se présenter au stand du jeu. Les internautes font actuellement état d'un dérapage en lien avec une vidéo dans laquelle un homme (apparemment membre de la sécurité) frappe un individu à l'aide d'une béquille. Une triste séquence qui n'est pas sans rappeler celle de l'arbitre qui a frappé un joueur au Koweït. Son geste serait la conséquence d'une comparaison avec Moïse, haute figure religieuse commune à l'Islam, au Judaïsme et au Christianisme. S'ensuit alors une altercation entre les deux individus avant qu'un troisième personnage n'intervienne pour frapper le "blagueur". Sur les réseaux sociaux, les accusations fusent. D'un côté, une partie des visiteurs reproche à Activision de ne pas avoir suffisamment encadré l'évènement. Selon eux, l'éditeur de jeux vidéo n'aurait pas tiré la leçon des émeutes survenues lors de la Games Week de Milan du 26 Octobre. Des commentaires très orientés d'un point de vue idéologique s'opposent et accusent plutôt un grave manque de civisme. Ces derniers considèrent que l'éditeur ne peut en aucun cas être responsable du comportement agressif de certains individus. Libre à chacun d'avoir son opinion, dans tous les cas il ne reste plus qu'à espérer que ce genre d'événements ne se reproduise plus. Le web s'enflamme, quelles seront les conséquences ?