Facebook part en guerre contre les commentaires racistes

Ecrit par

Facebook veut nettoyer son réseau social de tous les contenus qui entâchent son image. Après la nudité, le site de Mark Zuckerberg s'attaque aux propos racistes et xénophobes.

Quand le réseau social de Mark Zuckerberg cherche à redorer son image, ça passe par une guerre aux contenus faisant polémique sur sa plateforme. Il y a deux semaines, la rédac' de meltyBuzz vous parlait du bad buzz qui avait touché Facebook, à cause des images d'un viol qui avaient scandalisé les internautes en n'étant pas supprimées dès les premières alertes. Aujourd'hui, le réseau social cherche donc à rectifier son erreur en prêtant un grand soin à tout ce qui est désormais diffusé sur son site. Images comme texte ! C'est ainsi que, lundi, Facebook a annoncé le lancement d'une campagne européenne visant à lutter contre la diffusion et, surtout, la multiplication de messages extrémistes sur le net. Baptisée "Initiative pour le courage civil en ligne", la campagne lancée depuis Berlin consiste notamment à investir un million d'euros pour soutenir l'action des organisations non gouvernementales luttant contre le racisme et la xénophobie, comme le rapporte l'agence Reuters. Mais, concrètement, ça va passer par quoi ?

Avant de présenter les nouvelles mesures, rappelons que les règles du réseau social prévoyaient déjà l'interdiction de l'intimidation, du harcèlement et des propos menaçants sur Facebook. Mais dans les faits, tout se révélait plus compliqué, avec une suppression de messages souvent assez (voire très) lente et plutôt complexe. Dans le cadre de cette nouvelle campagne, c'est l'Allemagne qui va montrer le bon exemple et ouvrir la voie : Facebook vient d'y recruter un éditeur de la maison d'édition Bertelsmann, qui aura pour mission de repérer et, surtout, de supprimer les messages racistes publiés sur Facebook Allemagne. Sheryl Sandberg, chef de projet à Facebook, a expliqué que cette nouvelle campagne était capitale puisque les discours de haine n'ont "pas leur place dans notre société", dans le monde réel comme sur le digital. Reste maintenant à savoir si la formule testée en Allemagne fera ses preuves ou si la censure pourrait se révéler une nouvelle fois maladroite, comme ce fut le cas ce mois-ci, avec des photos de la Petite Sirène de Copenhague retirées de Facebook, car la statue était jugée "trop nue". Pensez-vous que Facebook opte pour la bonne méthode ?