Facebook : Supprimer un ami peut être considéré comme du harcèlement !

Saviez-vous que supprimer un ami sur Facebook pouvait vous emmener au tribunal en Australie ? Vous y réfléchirez désormais à deux fois avant d'envoyer valser certains contacts !

Décidément, il faut vraiment se méfier de tout ce qui est négatif sur le réseau social de Mark Zuckerberg, sous peine de se faire des fausses joies de courte durée ! Il y a dix jours, après des heures (voire des mois) de spéculations, Facebook affirmait finalement que, non, il n'y aura pas de bouton "Je n'aime pas" sur son site. Vous y aviez cru ? Nous aussi, un peu. Mais il faut l'avouer, de toute façon, ce bouton aurait pu être un avantage mais aussi une réelle plaie, en cas de mauvaise utilisation. Imaginez un peu un statut hyper positif de la part d'un de vos amis (amour, boulot, bébé, santé) et vous qui commentez "J'aime pas", par erreur. Gros malaise en vue non ? Et bien sachez que, en Australie, le malaise peut mener très loin en cas de boulette ou de prise de distance sur Facebook : en Australie, le fait de retirer quelqu'un de sa liste d'amis (le fameux unfriending, pour les bilingues) peut vous mener jusqu'au tribunal. Oui, oui, vous avez bien lu !

Facebook : Supprimer un ami peut être considéré comme du harcèlement !

C'est le site Engadget qui relaie cette information, en expliquant que le fait de supprimer un ami sur Facebook peut être assimilé à du harcèlement en Australie. Heureusement, cela se passe seulement dans le cadre de situations bien précises. La Commission du travail du pays a déterminé que si un supérieur décide d'unfriender un de ses employés sur Facebook, cela constitue potentiellement une "preuve d'harcèlement". Ne soyez donc pas surpris si vos patrons et responsables rechignent à vous ajouter en tant qu'ami sur la plateforme, même si vous vous entendez très bien. Ils pensent à leurs arrières ! Et si vous êtes du côté des chefs, méfiez-vous donc si vous cherchez à supprimer un collègue sympathique mais un peu lourd, à cause de ses lamentations ou de ses déclarations d'amour à sa copine ou à son chien, bien trop présentes sur le réseau social à votre goût. D'ailleurs, en parlant d'amour, Gonzague a récemment décrypté les conversations de couples sur Facebook. Que pensez-vous de cette mesure ?