Florian Gazan dans la tête de Cristiano Ronaldo

Ecrit par

Lors de la réception de son 3ème Ballon d’Or, Cristiano Ronaldo a poussé un cri aussi surprenant qu’étrange. Depuis, la planète entière s’interroge sur la signification de ce "Siiiiii" à moins que ce soit "Suuuuuu" ou même "Siuuuuuuuu" mais sans doute pas "Siaaaa", sauf si bien sûr la chanteuse australienne est sa nouvelle conquête, ce dont je doute pour plein de raisons. La seule personne qui sait vraiment le sens de ce cri, c’est Cristiano lui-même. Petit tour dans sa tête.

Et dire que de mon 3ème Ballon d’Or, il ne restera que ce cri ! Un an à se faire chier à mettre des buts et à gagner des matches réduit à néant en quelques secondes ! Vraiment là c’est Cristiano Connardo ! Pourtant tout se présentait bien : j’étais arrivé à Zürich avec autant de pression dans un ballon crevé. Cette année, c’est sûr, le Ballon d’Or, il était pour moi. J’avais qui en face ? Manuel Neuer, le gardien de l’Allemagne ? Pffff, les goals, le seul moyen pour eux d’avoir un Ballon d’or, c’est d’en acheter chez Décathlon et de le passer à la bombe de peinture ! Le seul goal qui l’a eu c’était en 1963 ! Autant dire que c’est comme ma mère, ça a de la barbe ! Oh ça va, moi j’ai le droit de faire des vannes sur les Portugais puisque je le suis ! Tiens vous savez comment une Portugaise fait pour perdre 2 kilos ? Elle s’épile ! Mon autre rival, c’était le nabot argentin de Barcelone, le Lionel Messi. Enfin maintenant je l’appelle Lionel Vessie parce que depuis 2 ans quand le Ballon d’Or arrive, je lui dis "Laisse pisser, c’est moi qui vais l’avoir !". Oh ça va, lui il en a déjà eu 4 entre 2009 et 2012 ! D’ailleurs Julien Lepers lui a fait un procès pour plagiat de son célèbre 4 à la suite !

Florian Gazan dans la tête de Cristiano Ronaldo

Non j’étais serein… mon fils était dans la salle, ma mère aussi mais pas ma chérie Irina. Non c’est fini entre nous, je l’ai transférée au mercato. Elle était titulaire avec moi, maintenant je cherche sa remplaçante. Elle me reprochait de m’occuper trop de moi et pas assez d’elle. Alors j’ai fait comme avec ma mèche de cheveux : je l’ai plaquée ! Bon bref, j’attends qu’on remette les sous-prix aux sous-joueurs c’est-à-dire tous les autres à part moi. Pour patienter, je regardais dans la salle pour voir qui était présent. Bizarrement pas Zlatan. S’il avait été là je l’aurais vu, lui on peut pas le rater quand il pointe le bout de son nez ! Lolo (NDLR : Lolos, c’est Lol en portugais). Enfin arrive le moment de désigner le Ballon d’Or… oulala mais qui c’est qui va l’avoir ? Attention caméras sur les 3 nominés, il faut que je fasse une tête de suspense comme Cyril Hanouna et que j’enchaîne avec une tête de surprise puis une tête de "c’est le plus beau jour de ma vie, plus beau encore que mon épilation laser intégrale du torse".

Florian Gazan dans la tête de Cristiano Ronaldo

Thierry Henry ouvre l’enveloppe et annonce "Et le Ballon d’Or 2014 est moi !", enfin il a pas dit "moi" parce que lui l’a jamais eu, il a dit "Cristiano Ronaldo" mais moi j’aime pas parler de moi à la 3ème personne. Ou alors à la 3ème personne du pluriel ! Ce serait cool d’ailleurs si j’étais plusieurs, je pourrais me serrer dans mes propres bras et m’embrasser quand je marque un but sur une passe que je me suis faite ! Là je fais mes remerciements vite fait parce qu’en fait j’ai personne à remercier à part mes pieds, mes chaussures, le ballon et la pelouse sans qui je ne pourrais pas être footballeur. Pardon le meilleur footballeur du monde ! Désolé, j’ai arraché la page "M" de mon dictionnaire, celle où y avait Messi et "modestie". Et puis arrive l’incident, le cri… Je prends le Ballon d’Or, je le soulève triomphalement et là ce hurlement. Un hurlement de douleur ! Oui j’ai dit à tous les journalistes que c’est le cri que je poussais au Real Madrid quand je marque un but. Gros mytho…la vérité est toute autre.

Florian Gazan dans la tête de Cristiano Ronaldo

Ce soir-là, je portais un caleçon CR7, ma marque de sous-vêtements, un tout nouveau modèle de la collection 2015. Grand seigneur, j’avais prévu de l’offrir aussi à mes deux rivaux, Manuel et Lionel. Et là la boulette, y a eu une couille, c’est le cas de le dire, dans l’organisation : mon assistante s’est trompée ! Elle m’a filé le modèle pour Messi ! C’était du 8 ans ! Oh putain, quand j’ai soulevé le Ballon d’Or, le boxer que je trouvais déjà un poil serré a appuyé à fond sur mes bouliches ! Je n’ai pas pu m’empêcher de hurler ! Et, vous verrez les images, de reposer immédiatement le Ballon d’Or pour desserrer l’étreinte. J’en chialais. Mais c’était pas du bonheur d’avoir le prix. Non c’était juste de la douleur ! L’année prochaine, comme j’aurai sans doute encore le Ballon d’Or, je prendrai mes précautions. Sous mon costume, je serai plus Portugais que jamais : entièrement à poil !