Jawad : "Je suis passé d’une vie normale à une vie d’enfer", le logeur de Daesh regrette son interview sur BFMTV

Ecrit par

Risée des réseaux sociaux, Jawad Bendaoud aurait envoyé une longue lettre au juge, où il clame encore son innocence. Il y revient notamment sur cette interview surréaliste pour BFMTV, point de départ d'un incroyable buzz et de "sa vie d'enfer".

Même si le buzz s'estompe autour de sa personne, son nom sera toujours adossé à cette déferlante de moqueries qui s'est abattu sur lui après son interview lunaire pour BFMTV. Comme évoqué il y a quelques jours par son avocat dans le Supplément, Jawad Bendaoud "souffre" des détournements qui lui sont consacrés sur la toile. Le jeune homme l'a répété dans une longue lettre (18 pages manuscrites !) qu'il a envoyée à l'un des juges en charge des attentats du 13 novembre. L'Obs dévoile aujourd'hui quelques passages, dont celui où il dit regretter cette fameuse interview pour la chaine d'infos qui a tout précipité : "Je n’ai pas demandé à être filmé par ce foutu cameraman, il m’a entendu dire aux policiers que j’étais le loueur de l’appartement, il a allumé sa caméra si j’avais su ce qu’aurait causé cette interview je n’aurais jamais parlé".

Placé à l'isolement dans la prison de Villepinte (93), le jeune homme de 29 ans arrive quand même à percevoir le buzz risible dont il est l'objet. "Je suis passé d’une vie normale à une vie d’enfer en une fraction de seconde. Mon nom de famille a été sali, je fais l’objet de parodie, de blague", se désole-t-il encore. Pas sûr que ça fasse pleurer dans les chaumières. D'autant que dans la même lettre, Jawad nous offre de nouvelles phrases qui vont encore participer à sa légende : "A aucun moment je n’ai senti une ambiance terroriste ou dangereuse dans la location de l’appartement (…) Je ne savais pas que des Belges avaient participé à des attentats. Si j’avais su oui, j’aurais pu tilter". Ou encore celle où il déclare ne pas vouloir devenir "le bouquet missaire" de l'affaire...Même s'il est encore présumé innocent, on ne peut s'empêcher de se dire que ses avocats vont avoir beaucoup de pain sur la planche… Que vous inspire cette ligne de défense ?