Jhon Rachid encense Oxmo Puccino dans "J'ai pas mal au rap"... et tacle ses détracteurs !

Ecrit par

Jhon Rachid poursuit sa mission d'utilité publique en éveillant les jeunes consciences au real hip hop avec un nouvel épisode de "J'ai pas mal au rap", cette fois-ci consacré au roi sans carrosse Oxmo Puccino. Lourd.

Dans une approche beaucoup moins portée vers le clash que sa série "J'ai mal au rap", Jhon Rachid s'est mis en tête depuis quelque mois d'éduquer les consciences à quelques artistes qui ont donné et donnent toujours leurs lettres de noblesse au rap. Après deux premiers épisodes consacrés aux monuments Lino et IAM, le groupe marseillais étant qualifié par Jhon Rachid de "bouillabaise de talents" dans "J'ai pas mal au rap", l'humoriste est revenu cette semaine faire l'éloge d'Oxmo Puccino. "Place au verbe, à la poésie, à l'émotion, au rap qui s'écoute avec un verre d'absinthe et une bougie un soir d'automne". Auteur d'une multitude de classiques du répertoire français ("Time Bomb", L'amour est mort", "Opéra Puccino" …), le poète est expert dans l'art de bousculer les mots, au point d'égarer parfois ceux qui l'écoutent.

"Ox c'est tellement techique que des fois je comprenais un mot sur deux" assure Jhon Rachid qui vous parle d'un temps mes enfants où Internet était encore à ses balbutiements. On se prenait donc la tête avec les potes pour déchiffrer les phrases exactes des MCs. Une époque révolue, notamment depuis l'arrivée de Rap Genius. D'où ce "big up" du YouTubeur à ces pauvres mecs reclus dans leurs chambres et qui ont décidé de dédier leur vie à retranscrire les textes de rappeurs. Champollion avait beaucoup moins de mérite. Et Jhon Rachid de poursuivre l'hagiographie du roi sans carrosse : "Pour moi Ox peut tout faire, ça reste toujours classe". Même un projet où ce dernier se contente de mimer ses lyrics sans les poser…Trop fort le Oxmo, d'autant qu'il est un des rares rappeurs à être "passé d'un public street à un public chic". D'un mec qui tient les blocs avec une garro à la main à un autre qui vapote et qui a découvert le rap grâce à Konbini. Deux ambiances, deux mondes, un seul rappeur. Et si vous êtes du genre hater, Jhon Rachid, le Don Juan des femmes caillera, vous distille en intro de sa vidéo quelques précieux conseils…