La Petite Histoire de France : Alban Ivanov, "Les personnages sont des loosers mais tu as envie de les voir réussir" (EXCLU)

Ecrit par

Alors que la nouvelle série de Jamel Debbouze "La Petite Histoire de France" débarque ce soir sur W9, Alban Ivanov, qui interprète le cousin de Jeanne D'Arc, s'est confié à meltyBuzz.

Ce soir dès 17h35, W9 diffuse la nouvelle série de Jamel Debbouze : La Petite Histoire de France. L'occasion de retrouver non pas des personnages clés de l'Histoire, mais leur famille éloignée. Ainsi, on retrouvera le cousin de Louis XIV (joué par François Levantal), la cousine de Napoléon Bonaparte (Karina Marmon), ou encore le cousin de Jeanne D'Arc, interprété par Alban Ivanov. Nommé François d'Arc, ce dernier est marié à Ysabeau et sergent dans une petite garnison de Lorraine. Décrit comme "brutal, égocentrique, phallocrate et misogyne", il aimerait avant tout délivrer Jeanne d'Arc et être aimé d'Ysabeau, jouée par Ophelia Kolb. "Car François rêve de gloire et de devenir un héros aux yeux du monde et surtout de sa femme", nous explique-t-on. En exclusivité pour meltyBuzz, Alban Ivanov est revenu sur son personnage de La Petite Histoire de France.

La Petite Histoire de France : Alban Ivanov, "Les personnages sont des loosers mais tu as envie de les voir réussir" (EXCLU)

meltyBuzz : Comment s'est passé le casting ?

Alban Ivanov : Je suis arrivé très très tard, je crois que je suis le dernier arrivé sur le projet. Je venais de signer avec Jamel sur mon spectacle et il m'a regardé et m'a dit 'mais tiens, toi, on va t'essayer dans un truc'. Il m'a fait passer les castings, j'ai fait des essais tout pourris, vraiment, j'étais nul (rires) mais il croit suffisamment en moi pour avoir dit 'si, on va quand même te prendre'. Et il n'est pas déçu, j'ai l'impression.

mB : Est-ce qu'il t'a tout de suite attribué le personnage de François D'Arc ?

AI : Non, au début il m'a fait essayer l'aubergiste à l'époque de Napoléon. (ndlr : Jean Plancher, interprété par David Salles) mais je faisais trop jeune à l'écran, ça ne collait pas avec ma femme Karina et le fait d'avoir un enfant de 14 ans. Donc on s'est rabattu sur le Moyen-Âge.

mB : Est-ce que c'était difficile de jouer en s'imaginant à une autre époque ?

AI : Au début, un peu. Mais le plus dur est de trouver le personnage, qu'il ne fasse pas caricature. J'avais parfois des variantes de voix. J'ai un peu galéré la première semaine, où je cherchais le personnage. Et après, une fois que j'avais ma posture et ma voix, ça glissait et tu n'y fais plus attention. Mais c'est comme avec tous les personnages. Des fois, il m'arrivait de rentrer chez moi et de parler encore comme François D'Arc. Là, tu te dis 'ça va trop loi, je vais mettre un coup d'épée à quelqu'un dans le métro et c'est pas bon !'".

mB : C'est une série qui est dans la même veine que Kaamelott ou Peplum, en quoi est-elle différente ?

AI : Je pense que c'est sur le ton et le fait que ce soit des loosers d'une certaine manière. Ce sont des personnages qui n'ont aucune gloire, qui ne sont pas dans la lumière. Au bout d'un moment, il y a un truc qui fait que tu commences à bien aimer ces loosers et que tu as envie de les voir réussir. Et pour moi, c'est ça qui est intéressant. Ca donne envie de se dire 'François d'Arc, faut qu'il ait une histoire comme Jeanne d'Arc. Il mérite d'être aussi connu qu'elle !'. Au niveau du ton, je n'ai pas eu l'impression de faire de la télé parce qu'il n'y avait pas trop de limite dans l'humour, que ce soit l'humour bourrin ou misogyne. Il y a le côté jouissif de 'tu n'es pas content, tu mets un coup d'épée". Je pense que cette non retenue va plaire. J'espère. En tout cas, j'ai kiffé tourner ça, je suis très content du travail donc j'espère que les gens vont kiffer.

mB : En plus de cette série, tu as actuellement ton spectacle au Comedy Club. Quels sont tes autres projets ?

AI : Pour l'instant, je m'applique sur ce que je fais. Le spectacle est ma vraie priorité, j'ai très envie de l'emmener au top du top et de faire une tournée nationale. Après, je n'ai rien d'autre de prévu mais je pense que je vais m'attaquer au cinéma dans pas longtemps, j'en ai envie, dans la comédie. Je n'ai rien à prouver pour l'instant, à part d'être drôle.