Lacrim : "Je ne suis pas en cavale !", le rappeur explique sa situation sur Clique TV

Ecrit par

Objet d'un mandat d'arrêt, Lacrim se refuse toujours à se rendre aux autorités. C'est ainsi depuis un lieu inconnu que le rappeur a accordé une interview exclusive pour Clique TV, afin d'éclaircir sa situation auprès du grand public.

Les médias spécialisés, voire généralistes, en font actuellement leurs choux gras : alors qu'il est recherché par la police, le rappeur Lacrim fait de manière active la promotion de sa nouvelle mixtape sur les réseaux sociaux. Une situation peu banale qui interpelle, eu égard à la popularité de Karim Zenoud, qui a cartonné à la rentrée avec son album "Corleone". Quelques mois plus tard, le panorama est radicalement différent pour le MC qui se cache dans un lieu gardé secret, au Maroc ou dans un pays proche. C'est d'ailleurs depuis cet endroit, que le rappeur de Chevilly-Larue a décidé d'éteindre les nombreuses rumeurs et spéculations à son sujet, au travers d'un entretien avec Mouloud Achour pour Clique TV. L'occasion d'avoir enfin sa version des faits quant à cette affaire qui remonterait à 2013 et qui le relie à des empreintes retrouvées sur des armes.

"Je ne suis pas en cavale" a tenu à clamer Lacrim, qui assure qu'il a actuellement des "choses à préparer", avant de se rendre : "J'vais y'aller de moi-même, je ne vais pas attendre qu'on m'attrape". Par ces choses à préparer, le rappeur évoque bien entendu sa prochaine mixtape intitulée "Ripro", qui lui tient forcément à cœur : "Je ne veux pas défier la justice, je travaille ! (…) J’ai un album en cours, je ne peux pas lâcher ce truc-là". Mais quid des réseaux sociaux, où les publications du "Corleone", à l'instar de récentes photos en Thaïlande où il prenait du bon temps, sont perçus comme un pied de nez aux autorités françaises qui l'ont condamné à 3 ans de prison : "Les photos en Thaïlande, c’était à un concert que j’ai fait en février ! (…) Je n’ai pas l’appui des télévisions déjà, des radios. Là je sors une mixtape, donc si mes réseaux sociaux sont inactifs comment je vais faire ? (…) Je ne vais jamais sur Facebook, Instagram, et ça fait deux ans que je n’ai pas touché à Twitter. (…) Ce n’est pas moi qui tiens mes réseaux sociaux". Une mise au point salutaire, dont on doute qu'elle attendrisse les magistrats, mais qui devrait permettre aux fans de faire davantage corps avec leur rappeur préféré. Soutenez-vous Lacrim ?