Les soirées Projet X via Facebook, une nouvelle façon de faire la fête ?

Ecrit par

Projet X, un nom qui fait fantasmer les jeunes, mais qui inquiète les parents, souvent propriétaires des maisons ravagés. Les risques ont pourtant toujours été là et la culture de la débauche ne date pas d'hier.

C'est indéniable, le film Projet X est devenu une référence pour de nombreux jeunes encore dans la fleur de l'âge, avec une santé à l'épreuve des soirées les plus arrosées. La culture de l'excès, omniprésente dans Projet X, donne un caractère clairement "non conventionnel" au film. De fait, Projet X a tout pour séduire la jeune génération en quête de sensations fortes. Sports extrêmes, boissons énergisantes, alcool, drogues, musique électronique nourrie à coups de basses bien grasses et de distos saturées sont le lot quotidien des jeunes fêtards modernes. Rien ne vaut donc une bonne soirée à la Projet X pour que les cinq sens en prennent plein la tronche. Mais si la tendance est aussi populaire, c'est aussi parce que le mode opératoire qui permet la réalisation de tels fiestas est grandement facilité par l'outil Facebook. Si les organisateurs de la soirée Projet X dans le var ont été condamnés à 1 an de prison, le film continu d'inspirer d'autres fêtards et d'autres événements du même genre se préparent aux quatre coins de la France, sans compter les événements organisés en plein air, comme ce fut le cas à Nantes encore récemment (bien que le résultat ne fut peut-être pas au rendez-vous). Pourtant, le phénomène ne date pas d'hier. Bon nombre de médias annoncent "les soirées à la Projet X" comme étant le nouveau phénomène, mais il ne s'agit là ni plus ni plus moins d'une évolution de concepts déjà vieux de plus de vingt ans.

Les soirées Projet X via Facebook, une nouvelle façon de faire la fête ?
Les soirées Projet X via Facebook, une nouvelle façon de faire la fête ?
Un phénomène qui date

Bien avant les soirées Projet X, nous avions pu découvrir, quelques années auparavant, les fameux "apéros Facebook", des concepts de soirées organisés via le réseau social où les jeunes se retrouvaient en masse sur des lieux publics, pour s'adonner à des orgies plutôt gratinées. Un héritage qui remonte même au début des années 90, avec le fameux Botellón espagnol. Le Botellón se base sur un principe similaire, à la seule différence que Facebook n'existait pas encore à l'époque. D'une certaine manière, les amateurs de Rave party sont également des pionniers, et on peut remonter encore plus loin en considérant dans une plus large mesure que Woodstock (1969) fut la première soirée Projet X de l'histoire (on pourrait même pousser jusqu'aux orgies de la Rome antique). Le phénomène n'est donc pas nouveau, simplement adapté à notre époque, où il devient difficile d'organiser des événements en plein air, au risque de se faire dégager à coup de cars de CRS. Du coup, Projet X, c'est un peu le Woodstock à la maison. Mais que ce soit en intérieur où en extérieur, les risques sont toujours là, d'une part au niveau de la dégradation des biens et d'autre part, pour la sécurité et la santé des jeunes (incursions de mal-intentionnés, bagarres, overdoses, comas, viols). La place de Facebook est essentielle dans ce type de contexte, le réseau social étant un outil miracle pour organiser ces soirées, il est aussi le facteur déclencheur de dérapages que les organisateurs ne sont plus en mesure de contrôler. Alors que ce soit Woodstock ou Projet X (qui reste un film, rappelons-le), la question se pose, peut-on s'amuser aujourd'hui sans avoir besoin de tout casser ?

Les soirées Projet X via Facebook, une nouvelle façon de faire la fête ? - photo
Les soirées Projet X via Facebook, une nouvelle façon de faire la fête ? - photo
Les soirées Projet X via Facebook, une nouvelle façon de faire la fête ? - photo