Media Reboot : Les dessous de Netflix, RIP à la TV à Papa

La semaine dernière est sortie la saison 2 de la fascinante série House of Cards (visible en mars, sur Canal+) sur le service de vidéo à la demande américain Netflix. L’occasion rêvée pour analyser ensemble le phénomène Netflix* qui a radicalement rebooté la télévision américaine : arrivée prévue en France à la rentrée !

Netflix : Un vrai Profiler dans votre TV

Toi lecteur, quand tu allumes ta TV, tu te retrouves devant une masse d’émissions, sans aucune recommandation, aussi pertinent pour toi que la suite des Trois Frères… L’idée même de "sur-mesure" est totalement étrangère à la télévision française. A l’opposé, Netflix agit comme un Profiler dans la tête du spectateur, afin de satisfaire ses désirs les plus secrets.

Media Reboot : Les dessous de Netflix, RIP à la TV à Papa

Netflix cherche à catégoriser ses clients grâce à son système basé sur la recommandation. À chaque fin de film, série, ou dès que vous vous connectez sur la plateforme, le site vous propose des choix alternatifs. Ces recommandations se basent sur deux éléments distincts et complémentaires : une hyper-catégorisation des films et séries, ainsi qu’une collecte des données utilisateurs très précise. L’hyper-catégorisation de Netflix consiste à classer les films en fonction de critères classiques (acteurs, réalisateurs, date de sortie), relativement inédits (lieu de tournage du film, contexte, thèmes abordés) mais aussi plus abstraits tel que le degré de romantisme ou de violence du film… Plus de 76 000 genres de films et séries ont été crées par les 40 employés de Netflix affectés à cette tâche. Soit 76 000 manières différentes de catégoriser un film, un nombre supérieur à la quantité de films disponibles sur la plateforme. Cette hyper-catégorisation permet de créer de nouvelles synergies entre les contenus et d’être très précis sur les similarités. À cela s’ajoute l’ensemble des données collectées de notre comportement sur la plateforme.

Netflix observe l’ensemble des actions effectuées sur le site : ils savent ce que vous avez cherché, ce que vous avez noté, à quelle date, à quelle heure et sur quel appareil. Ils savent également quand vous avez mis pause, avance rapide et retour arrière. Ils peuvent donc savoir si vous avez regardé plusieurs fois la scène sexuelle, si vous avez passé la scène de torture etc… À l’image d’un profiler, Netflix va regrouper toutes ces informations et les traiter grâce à son algorithme. Ainsi, les recommandations ne seront pas les mêmes selon le moment de la journée ou encore selon la nature de votre support (iPhone, tablette, ordinateur…). Pour humaniser ce système, le site américain a créé "Max", une sorte de "Siri" avec lequel vous pouvez parler de votre humeur et qui va vous recommander un film en fonction des réponses que vous lui donnez…

Netflix : Frankenstein de retour à Hollywood

Netflix n’est pas seulement un diffuseur de programmes, il est aussi un producteur. Pour cela, il applique une méthode unique, qui semble tout droit inspirée du mythe de Frankenstein. Grâce à son algorithme, Netflix est capable d’additionner les critères constitutifs de programmes à succès. Une méthode ayant pour finalité la création parfaite ! C’est la méthode appelée des trois cercles Netflix. House of Cards en est l’exemple le plus connu. Netflix a investi dans la série sans hésitation grâce à 3 cercles d’intérêts précis validés par l’algorithme : la version UK (1990 – BBC) était appréciée, les gens aimaient les films de Fincher, et Spacey était un acteur plébiscité par la communauté Netflix.

Media Reboot : Les dessous de Netflix, RIP à la TV à Papa

Plus récent, le succès de la série « Orange Is The New Black » en est encore l’illustration parfaite de l’efficacité de la méthode. À nouveau, 3 cercles d’intérêts précis validés par l’algorithme : les comédies noires, un premier rôle féminin sympathique, et le thème de la prison et du crime. Les 3 cercles réunis promettent un succès garanti, confirmé par les chiffres puisque 75% de vues viennent de la recommandation, et qu’aucune publicité média n’a pratiquement été faite.

Media Reboot : Les dessous de Netflix, RIP à la TV à Papa

De cette manière, Netflix sait très précisément quel acteur engager et quelle scène faire durer ou non. Netflix cherche ainsi à produire une création au plus près des attentes des utilisateurs pour un succès garanti.

Netflix : L’employeur de tous les fantasmes

La désirabilité de Netflix ne s’arrête pas à « sa vision intelligente » de la diffusion de contenus multi-écrans. L’entreprise est également un employeur objet de fantasme. Regardez plutôt ces méthodes de management étonnantes : "Netflix laisse ses employés prendre leurs vacances quand ils le veulent, et pour la durée qu’ils désirent, afin de garantir une plus grande productivité et créativité ! L’analyse de la performance chez Netflix est unique : ce sont les employés qui analysent les performances de leurs collègues, et non leur patron". Expliquait récemment Patty McCord, chief talent officer, de 1998 à 2012 chez Netflix, à la Harvard Business Review. Enfin, pour Netflix, la qualité du travail doit primer sur la quantité.

Media Reboot : Les dessous de Netflix, RIP à la TV à Papa

Netflix est le nouveau miroir à fantasmes d’Internet. De part sa stratégie, certains l’accusent de menacer le principe même de curiosité personnelle. C’est à mes yeux un élément fondamental, qui ne devra pas être sacrifié sur l’autel de l’algorithme.

*Netflix est une entreprise américaine proposant des films en flux continu sur Internet accessible depuis tous les supports connectés. (TV, Ordinateur, Tablette, Smartphone)

Eric Darkplanneur Briones avec la participation de Victor Barnouin Craquerez-vous pour Netflix lors de son arrivée en France ?