ONPC : Jérémy Ferrari s'en prend violemment à Manuel Valls !

Ecrit par

Des rumeurs annonçaient un clash entre Jérémy Ferrari et Manuel Valls, tous deux invités chez Laurent Ruquier dans On n'est pas couché... Elles ne se sont pas trompées !

C'est sa marque de fabrique : Jérémy Ferrari fait de l'actualité le sujet principal de ses sketchs. Et les attentats de ces derniers temps, aussi tristes soient-ils, ont été au cœur de l'humour de l'humoriste. Dernièrement, Jérémy Ferrari retraçait l'histoire de Jawad dans un mashup hilarant. Humoriste que l'on peut qualifier d'engagé, il était hier soir l'invité de Laurent Ruquier dans "On n'est pas couché", aux côtés de Manuel Valls. D'ailleurs, le courant n'est pas très bien passé entre eux deux, qui ont eu un échange assez musclé… Jérémy Ferrari a violemment attaqué le Premier Ministre, après que celui-ci ait pris la parole pendant presque 2h. Tout commence alors que l'humoriste dénonce le choix de Jhonny Hallyday pour rendre hommage aux victimes de Charlie Hebdo, expliquant que ces derniers n'aimaient pas forcément le chanteur. Mais ce n'est pas là le plus grand reproche : “Je ne suis pas politologue, historien... Vous avez dit qu'on était en guerre. Vous, vous êtes en guerre, le gouvernement est en guerre, vos décisions à l’international sont en guerre. Pas nous. Nous on se fait tirer dessus quand on va voir des concerts. Moi je ne suis pas en guerre contre les musulmans”.

Echange entre Jeremy Ferrari et Manuel Valls sur le rassemblement du 11 janvier 2015

Un clash interrompu un instant par Laurent Ruquier qui avoue “J’ai l’impression de voir Balavoine face à Mitterrand”, mais rapidement repris. Et pour cause, l'humoriste a également critiqué la présence du Président du Gabon à la marche du 11 janvier 2015 : "Il y a des choses absurdes, comme la présence d'Ali Bongo au défilé de Charlie Hebdo. Comment vous expliquez qu'Ali Bongo se retrouve en tête d'une marche pour la liberté d'expression ?" Ce à quoi le premier ministre répond : "Vous retenez Ali Bongo, moi je retiens le président de l’Autorité palestinienne, le Premier ministre israélien, et surtout un autre président élu lui, Ibrahim Boubakar Keita, le président du Mali. Des soldats français se sont fait trouer pour aller soutenir un pays où il n’y a pas un seul intérêt économique. Pas un seul. Vous connaissez le Mali ? Pour libérer ce pays qui allait être sous l’emprise des terroristes." Clôturant le débat, il a déclaré "L'honneur de la France, c'est que vous puissiez m'interpeller, que vous puissiez débattre (...). On se bat pour garder cette liberté de ton." Depuis le tournage de l'émission, des rumeurs faisaient part d'un clash, elles ont été confirmées hier soir. Pour une fois que ce n'est pas Yann Moix qui est au coeur du clash… Comprenez-vous son coup de gueule ?