PRISM : Les services secrets français espionnent aussi l’Internet

Après le scandale de l'affaire Prism, Le Monde révèle que la DSGE stocke aussi des millions de données personnelles collectées depuis Internet.

Après la NSA accusée d'espionner les mails de diplomates européens, voici que le Monde révèle l'espionnage des Français par la Direction Générale de la Sécurité Extérieure. « La totalité de nos communications sont espionnées. L’ensemble des mails, des SMS, des relevés d’appels téléphoniques, des accès à Facebook, Twitter, sont ensuite stockés pendant des années », affirme d’emblée le quotidien Le Monde. Plus précisément, les services de renseignements s'intéresseraient plus au contenu qu'au contenant : « Il est plus intéressant de savoir qui parle et à qui que d’enregistrer ce que disent les gens ».

Est-ce légal ?

La question reste pour l'instant sans réponse. Alors que la CNIL estime qu'un programme similaire au Prism américain n'est pas conforme à la legislation française, d'autres pensent le contraire. Légales ou pas, ces méthodes sont connues des politiques, les grandes lignes de ce dispositif ayant déjà été dévoilées par le directeur technique de la DGSE, Bernard Barbier, en 2010. Qu'en pensez-vous ?

PRISM : Les services secrets français espionnent aussi l’Internet - photo
PRISM : Les services secrets français espionnent aussi l’Internet - photo
PRISM : Les services secrets français espionnent aussi l’Internet - photo
PRISM : Les services secrets français espionnent aussi l’Internet - photo
Source : lemonde