Quick : Un employé pousuivi à cause de son compte Twitter

Ecrit par

Quick est en pleine situation de crise, un employé mécontent exposant sur internet depuis quelques semaines les problèmes internes d'un restaurant dans le sud de la France.

La chaîne de fast food se trouve en difficulté puisqu'un équipier d'un de ses restaurants à Avignon fait un portrait peu élogieux de son quotidien. Sur son compte Twitter, @EquipierQuick dénonce les dysfonctionnements sur son lieu de travail, qu'il s'agisse de l'hygiène un peu douteuse de certains produits ou le harcèlement moral de la part d'un manager tyrannique. L'histoire s'est mise à faire le buzz un peu partout sur internet, si bien que le profil officiel de la marque a pris contact avec ce Julian Assange du burger. Les deux partis se sont échangés des messages et la suite de l'histoire diverge selon qui on écoute.

Quick : Un employé pousuivi à cause de son compte Twitter

Dans son communiqué officiel Quick raconte leur version des faits "Malgré des réponses en privé laissant présager une volonté d’échange, le compte @EquipierQuick n’a jamais donné suite à aucune de ces propositions. (...) Le Groupe Quick entend, par voie de justice, mettre @EquipierQuick face à ses responsabilités et l’obliger à assumer les conséquences de ses agissements." Une démarche assez étrange de la part de la chaîne Belge, l'équipier mystère répétant à de nombreuses reprises son affection pour la marque, expliquant qu'il souhaitait seulement faire connaitre ses mauvaises conditions de travail. Vu l'ampleur que prend l'affaire, il ne serait pas étonnant que Quick se fasse un bad buzz du même genre que celui de Cora. meltyBuzz vous racontait l'histoire de cette caissière qui avait été licenciée, puis réengagée grâce à la vive réactions des internautes

Quick : Un employé pousuivi à cause de son compte Twitter
Quick : Un employé pousuivi à cause de son compte Twitter