Swagg Man peut-il se relever après sa brouille avec les Arabes ? Le billet d'humeur Buzz

Ecrit par

Habitué aux frasques, Swagg Man a peut-être franchi le point de non-retour la semaine dernière en insultant ouvertement les Arabes, dont il fait partie, ainsi que la religion musulmane. Est-il pour autant grillé sur la toile ?

Qui aurait pu penser qu'on foutrait un jour Nadine Morano et Swagg Man dans le même panier ? C'est pourtant le cas, dans la mesure où le fantasque rappeur/entertainer s'adonne dorénavant lui aussi au rebeu-bashing. Pour ceux qui auraient raté cet épisode buzzo-religio-médiatique la semaine dernière, Swagg Man s'en est violemment pris à un internaute, après avoir au préalable insulté les Arabes. L'origine de son coup de gueule : une jeune fille supposément voilée et maghrébine qui lui aurait souhaité la mort sur les réseaux sociaux alors que ce dernier prenait l'avion. L'occasion pour Swagg Man de balancer tout son venin sur les rebeus, "une sale race de merde", dont il rappelle qu'en tant que Brésilo-tunisien, il fait hélas lui aussi partie. Non-pratiquant, monsieur s'est également permis quelques envolées anti-islam à même de faire un tabac dans un congrès FN. Vous imaginez bien que l'onde de choc provoqué par ces propos a vite fait d'enflammer la toile, où les principaux concernés ont promis l'Enfer sur Terre (et dans le Ciel) au rappeur tatouey. Une levée de boucliers qui nous invite à croire qu'il a peut-être commis le dérapage de trop...

On ne va pas se leurrer : Swagg Man a fait de la provoc et de l'insulte gratuite son fonds de commerce sur les réseaux sociaux. Mais là où il se contentait auparavant de tailler le manque de thunes ou la mocheté d'un hater, le bro a décidé de viser cette fois-ci toute une ethnie ainsi que les croyants d'une religion, qui compte pour beaucoup dans sa fanbase. Un pari pas très opportun, même si la forme est davantage à condamner que le fond. C'est d'ailleurs via sa dernière vidéo en forme de rétropédalage, que Swagg Man a concédé que le public avait mal interprété ses propos en mode téléphone arabe : "Si j'ai insulté les Arabes, je parlais des mauvais Arabes", a-t-il voulu préciser, presque pour se réconcilier avec ceux qui lui ont tourné le dos. Pas sûr que cela suffise à convaincre, alors que son message aurait été beaucoup plus audible s'il s'était contenté de condamner tous ceux qui font preuve d'intolérance au nom d'une religion qui invite à l'inverse. Swagg Man peut-il se relever après ce bad buzz ?