Twitter, Facebook, Instagram : Quand les hashtags sont plus puissants que les mots

Ecrit par

On observe de plus en plus sur les réseaux sociaux la multiplication de hashtags en soutien à des personnalités ou à des événements marquants. Des hashtags qui bien souvent font l’effet d’une bombe et deviennent viraux au point changer le cours des choses. Les hashtags sont-ils devenus plus puissants que les mots ? meltyBuzz s’est penché sur la question.

"Les mots sont à mon avis, qui n’est pas si humble, notre plus inépuisable source de magie". La citation toute trouvée de J.K. Rowling montre toute la puissance des mots dans la vie quotidienne, surtout en littérature, mais montre également que Dumbledore ne devait pas connaître Twitter et le succès des hashtags sur le réseau social. Et pour cause : on constate depuis déjà un certain temps la multiplication de ces "mots" viraux sur Twitter, qui exposent considérablement certains sujets liés à l’actualité. Un succès si considérable qu'Instagram a vite suivi et Facebook s’est également mis au hashtag. Des expressions toutes fabriquées par Twitter qui permettent de parler bien plus de certaines informations, mais également de communiquer, en luttant ou en soutenant, sur certains événements ou personnes quitte à influer sur certaines décisions politiques, sur l’importance d’une information dans les médias ou encore de lutter contre la propagation d’images violentes.

Twitter, Facebook, Instagram : Quand les hashtags sont plus puissants que les mots
Twitter, Facebook, Instagram : Quand les hashtags sont plus puissants que les mots

Pourquoi le hashtag séduit-il autant et est-il si influant ? Tout d’abord, il convient d’expliquer ce qu’est un hashtag : il s’agit d’un mot ou groupe de mots "clés" suivant le marqueur internet "#" sur Twitter. La particularité du hashtag est qu’il est "cliquable" et permet à l’internaute d’être redirigé vers des tweets traitant du même sujet. Ce mot clé Twitter séduit assez aisément la twittosphère, et par extension l’internaute classique, parce qu’il est court et impactant. Le hashtag est un mot ou un groupe de mots accrocheurs qui résume un sujet et percute l’internaute. Plus il sera impactant, plus il sera pertinent. Sa première utilisation, par le langage assembleur du PDP-11 (un modèle d’ordinateur), semble avoir eu lieu en 1970, et était également utilisé pour les protocoles IRC (Internet Relay Chat, un protocole de communication textuelle sur internet), espèce de Twitter d’un ancien temps. C’est en 2007 que le hashtag prend une dimension plus "populaire" en apparaissant sur Twitter avec le même usage que l’on en fait aujourd’hui, comme mots-clés pour parler d’un sujet quelconque ou un hashtag sur Twitter pour retrouver son coup de foudre.

Twitter, Facebook, Instagram : Quand les hashtags sont plus puissants que les mots
Twitter, Facebook, Instagram : Quand les hashtags sont plus puissants que les mots

Des mots-clés qui font la popularité de certains sujets sur le net : l’exemple le plus probant de ces dernières semaines est probablement l’affaire judiciaire qui occupe Nabilla sur sa mise en détention pour avoir poignardé son fiancé, Thomas Vergara. Des hashtags ont fleuri de ça delà sur Twitter, et par extension sur les autres réseaux sociaux, pour soutenir la bimbo dans cette épreuve #FreeNabilla, #LiberezNabilla, ou encore #Force postait Tarek Benattia, son frère, sur Instagram il y a quelques jours. Autre exemple marquant de la puissance des hashtags : #NotInMyName, la campagne Twitter de jeunes musulmans contre l’Etat Islamique. Ces derniers ont utilisé ces "mots-clés" pour s’insurger contre l’amalgame fait entre leur religion et le terrorisme. Une campagne de sensibilisation qui informe et impacte sur l’individu lambda par sa viralité sur le net, sa reprise dans les médias et sa manière de captiver le spectateur, bien plus percutant d'un discours ou de que bons mots énoncés sur le net.

Twitter, Facebook, Instagram : Quand les hashtags sont plus puissants que les mots
Twitter, Facebook, Instagram : Quand les hashtags sont plus puissants que les mots

Un dernier exemple de la puissance d’un hashtag pour dénoncer certaines pratiques pourraient être celui utilisé lors de l’assassinat de James Foley pour limiter la diffusion des images de sa décapitation sur les réseaux sociaux. Intitulé #ISISMediaBlackOut, le hashtag a été créé par une communauté de journalistes et d’internautes sur Twitter dans le but d’appeler au non-partage de la vidéo de l’exécution ou des photos circulant dans la presse américaine, papier et télévisée. Le but avait été atteint puisque les images de la décapitation de James Foley avaient été supprimées de réseaux sociaux. Des hashtag qui ont permis de faire parler de certains faits d’actualités bien plus forts que n’importe quel mot, et qui continueront d’influer sur l’actualité et sa représentation dans les médias. Quel hashtag vous a-t-il le plus marqué ces derniers temps ?