Twitter réagit à la parution d'un livre contredisant la version officielle de la mort de Ben Laden

Ecrit par

Mark Owen, un membre du raid mené contre Ben Laden l'année dernière, s'apprête à sortir un livre baptisé No Easy Day, sur les circonstances de la mort du chef d'Al-Qaïda dans lequel il va à l'encontre de la version officielle. Explications.

Le 4 septembre paraitra un ouvrage baptisé No Easy Day (Pas de jour facile) rédigé par un ancien membre des Navy Seals qui a participé au raid mené contre Ben Laden. Le livre contredit la version officielle de la mort de l'homme qui a été l'ennemi public numéro 1, notamment des Etats-Unis, pendant plus de 10 ans ! Le 1er mai 2011, le chef d’Al-Qaïda a été tué dans sa résidence d’Abbottabad au Pakistan. À en croire les nombreux détails sur le raid qui ont filtré à ce moment, Ben Laden avait tenté de résister mais avait été abattu dans sa chambre, puis jeté à la mer pour éviter que sa dépouille soit enterrée et ne devienne un lieu de pèlerinage. Voilà pour la version officielle.

Ben Laden n'avait pas préparé sa défense

La version de Mark Owen est un peu différente. En fait, à en croire le récit de l'ancien marine, Ben Laden - qui fait encore polémique, lorsque des figurines à son effigie sont commercialisées - n'aurait absolument pas été offensif : il "n’avait même pas préparé sa défense. Il n’avait pas l’intention de se battre. Il n’a même pas saisi une arme", affirme mark Owen dans son ouvrage, dont des extraits ont été dévoilés dans le Huffington Post (en anglais). Il détaille : "à moins de cinq marches du palier, j'ai entendu des coups de feu tirés avec un silencieux. Pop, pop". C'est donc son collègue qui a ouvert le feu en voyant l’homme qui avait passé sa tête dans l’encadrement de la porte. Une fois entré dans la chambre, Mark Owen écrit avoir vu "du sang et de la matière cérébrale s’épancher sur le côté de son crâne". Le corps de Ben Laden étant encore en mouvement, Owen et un autre Seal ont alors "pointé leur visée laser sur sa poitrine et tiré plusieurs coups" jusqu’à ce que le corps ne bouge plus. À aucun moment Ben Laden n'a donc été dangereux pour les membres du raid : une version qui s'oppose donc à l'officielle assurant que le chef d'Al-Qaïda avait tenté de résister. Interrogés par l’AFP, des responsables américains ont refusé de revenir sur les détails de l’opération. Mais un responsable de la Défense a toutefois tenté d'expliquer : "Ben Laden était désarmé, c’est vrai. Mais l’équipe sortait juste d’un échange de tirs […]. Ensuite, cette personne (Ben Laden, ndlr) a passé sa tête en travers de la porte…", explique-t-il insinuant que dans le feu de l'action, ils auraient préféré être trop prudents plutôt que pas assez.

Assis sur la dépouille de Ben Laden

Un autre élément révélé par le Huffington Post s'oppose aux déclarations officielles. Dans son livre, Mark Owen affirme qu'un des membres du commando était assis sur la poitrine du chef d’Al-Qaïda dans l’hélicoptère lors du vol de retour. N'ayant pas assez de place dans l'engin, les soldats ont préféré opérer de cette façon plutôt qu'abandonner le corps de Ben Laden qu’il fallait encore formellement identifier. Une révélation embarrassante pour les Etats-Unis qui assurent avoir traité la dépouille d’Oussama Ben Laden avec respect. Sans confirmer cette révélation, un ancien membre de ces troupes a expliqué à l’AFP qu’il leur arrivait de s’asseoir sur le corps de leurs collègues tués en mission à cause du manque d’espace.

Twitter mitigé

Alors que la parution du livre a été avancée du 11 au 4 septembre et que la maison d’édition Dutton espère déjà un best-seller avec une première impression de 300 000 exemplaires, les réactions Twitter ne se sont pas faites attendre ! Depuis ce matin les twittos semblent exaspérés par les révélations de Mark Owen. Certains l'accusent de sortir un livre politique, en pleine course à la Présidentielle, d'autres affirment que Ben Laden méritait de toute façon la mort, qu'il ait été menaçant ou non, après avoir causé la mort à autant de personnes et certains twittos, enfin, assurent qu'il ne s'agit pas du seul mensonge des autorités américaines insinuant une éventuelle théorie de complot. En somme, le débat sur les circonstances de la mort de Ben Laden n'existe pas vraiment : pour l'opinion publique et surtout pour les Américains, le principal est probablement qu'il soit mort et ce livre pourrait bien être un moyen de surfer sur un évènement historique pour se faire de l'argent !

Source : Huffington Post